cannabidiol

L’absorption du CBD et son élimination dans l’organisme humain

De plus en plus de personnes consomment du CBD. Certaines personnes le font dans le cadre d’un traitement tout en profitant de ses vertus, tandis que d’autres sont plus prudentes et s’intéressent plutôt à ses effets indésirables avant d’en prendre.

Les consommateurs de CBD, réguliers ou occasionnels, se posent la même question : en combien de temps l’organisme absorbe et élimine le CBD et de quelle façon ?

Certes, l’effet du CBD n’est pas le même chez tous les consommateurs. Il varie énormément d’une personne à une autre et le temps d’élimination du CBD dans l’organisme dépend également de plusieurs facteurs.

Rappel sur le mode d’administration du CBD

Avant de comprendre la méthode d’absorption du CBD et son élimination dans l’organisme, il est essentiel de comprendre les différentes méthodes de consommation du cannabis thérapeutique.

En effet, selon les méthodes utilisées pour consommer du CBD les résultats seront différents. La méthode d’administration adoptée a donc un rapport sur l’apparition des effets, ainsi que sur la durée de ces derniers et leur élimination dans l’organisme.

  • Consommation par voie orale : cela concerne les gélules au CBD et les produits alimentaires au CBD, comme les infusions au CBD par exemple
  • Par voie sublinguale : l’huile au CBD,
  • Par application cutanée : les crèmes CBD, les lotions et pommades au CBD
  • Par inhalation ou vaporisation : fleurs de CBD à fumer, e-liquides à vapoter, les résines et les pollens de CBD

Comment l’organisme absorbe le CBD ?

L’absorption du CBD par l’organisme fonctionne de manière différente suivant chaque individu. Elle dépend essentiellement du mode d’administration du CBD.

En d’autres termes, la manière, mais aussi la durée, d’absorption est influencée par le mode de consommation du CBD.

Ainsi donc,

  • Pour le cas d’une consommation de CBD par voie orale, les effets du produit durent plus longtemps que les autres modes de consommation. Cela s’explique par le fait que cette consommation implique une digestion, et donc que les effets seront plus longs à se manifester, mais dureront également plus dans le temps. Ainsi, le CBD consommé oralement passe par de nombreux endroits de l’organisme. Il baigne dans un ensemble d’acides et d’enzymes, puis vers le tube digestif pour être métabolisé par le foie.
  • Pour une ingestion par voie sublinguale, le CBD est rapidement diffusé dans la circulation sanguine. Après avoir placé les gouttes sous la langue, celles-ci se mettent en contact avec la paroi buccale. Le CBD passe ensuite dans les vaisseaux capillaires pour atteindre la circulation sanguine. Les effets se font alors ressentir dans les secondes voire les minutes qui suivent l’ingestion.
  • Pour une administration par voie cutanée, l’absorption est tellement lente. Avant d’arriver à pénétrer la circulation sanguine, le CBD appliqué sur la peau doit encore traverser une panoplie de couches. Il faut ainsi plus de temps pour sentir les effets du CBD.
  • En cas de vapotage ou d’absorption de CBD par la fumée, le produit pénètre tout de suite dans le corps par les alvéoles pulmonaires. C’est après cela que le CBD sera envoyé dans la circulation sanguine. Par cette manière, le CBD est rapidement absorbé par l’organisme et les effets sont ressentis instantanément.

Le CBD est traité par l’organisme avant son élimination. Le temps utile pour son élimination est en liaison avec le traitement de l’organisme qui l’a reçu. En effet, ce dernier dépend du mode d’administration opté.

Combien de temps le CBD reste-t-il dans l’organisme ?

En moyenne, sachez que le CBD reste dans l’organisme durant 2 à 5 jours.

Pourtant, ce n’est pas forcément toujours le cas. Cela est variable suivant le consommateur. Pour les consommateurs réguliers, le CBD reste dans leur corps jusqu’à plusieurs semaines. Des facteurs influencent sur la durée de séjour du cannabis dans l’organisme humain. Voici quelques facteurs à prendre en compte pour l’élimination du cannabidiol :

Le dosage du CBD

C’est évident, plus la dose de CBD consommée est élevée, plus il restera longtemps dans votre organisme. Il s’agit là de la teneur en CBD dans le produit administré et de la quantité de produits ingérés.

La fréquence d’usage

C’est un autre facteur, influençant sur la durée de séjour du CBD dans l’organisme. Une utilisation occasionnelle favorise une élimination rapide du CBD par votre organisme. Mais, en cas de prise régulière, le CBD s’accumulera au fur et à mesure de votre consommation. C’est le cas des consommateurs qui en prennent régulièrement et qui font souvent leur achat en gros auprès d’un grossiste CBD.

Les particularités de chaque corps humain

Comme mentionné précédemment, l’effet du CBD varie d’une personne à une autre. Pourquoi ? Puisque chaque individu a son propre corps et l’impact des substances comme le cannabis est donc différent. Et ce, même si des personnes prennent les mêmes quantités de CBD avec la même fréquence et le même mode d’ingestion.

Ainsi, divers éléments ont de l’influence sur la durée de séjour du CBD à l’intérieur de l’organisme. On peut noter :

  • l’âge
  • le sexe
  • le poids
  • l’IMC
  • le métabolisme
  • la teneur en eau

Le mode d’alimentation

Eh oui, le mode d’alimentation impacte aussi sur le temps pendant lequel le CBD reste dans l’organisme.

  • Si vous prenez du cannabis médical avec l’estomac plein, la digestion est ralentie.
  • Si vous consommez du cannabis thérapeutique ou un produit CBD en ayant l’estomac vide, l’élimination se fera plus rapidement.

Le mode d’administration du CBD

La méthode choisie pour consommer un produit CBD affecte sur la durée des effets du CBD ainsi que sur sa persistance dans le corps.

Le temps de séjour du CBD dans l’organisme est donc variable selon que vous preniez du CBD par voie orale, sublinguale, cutanée, ou par vapotage, etc.

Comment le CBD est-il alors éliminé par l’organisme?

Comme la majorité des substances consommées par l’individu, le CBD est éliminé par l’urine. Certes, cela se passe après que le produit ait séjourné quelques heures dans l’organisme.

Suivant la méthode de consommation, une partie de la substance peut être éliminée avant que l’organisme l’utilise. C’est le cas lorsque le CBD parcourt le tube digestif et le foie. Le reste se transforme alors en déchets et sera envoyé dans l’appareil urinaire.

Il est ainsi possible d’évacuer le CBD à travers l’urine au bout de quelques heures.

Quoi qu’il en soit, ce composé est indétectable lors des tests d’urine. De plus, ce dernier ne reste pas longtemps dans l’urine. Le plus souvent, cette durée est de 24 heures avant d’être évacué.

Bon à savoir : Le canal d’évacuation principal du CBD est l’urine. Mais, on distingue aussi le système lymphatique qui est un canal d’évacuation secondaire.

Des méthodes pour accélérer l’élimination du CBD 

Il est envisageable d’accélérer l’élimination de cannabis. Plus précisément, des astuces peuvent être adoptées pour éliminer les traces de THC dans le sang et dans l’urine de manière plus rapide.

Ce sont les consommateurs réguliers qui optent le plus souvent pour ce type de méthode. Leur but étant d’échapper aux différents tests de dépistage.

Voici les techniques les plus pratiquées :

  • Boire de l’eau en grande quantité. Cette méthode permet de fabriquer plus d’urine et d’évacuer le CBD et les traces de THC par cette voie.
  • Faire du sport
  • Consommer de la viande rouge

NB : Aucune étude n’a confirmé l’efficacité de ces astuces.

La méthode d’absorption du CBD et son élimination

Il y a véritablement un lien entre le mode de consommation de CBD et son élimination.

Le temps d’action de la substance dans l’organisme dépend du fait que vous avalez, inhalez, vapotez ou appliquez le CBD sur la peau. Il en est de même pour le temps d’élimination du composé du cannabis Sativa, Indica ou hybride.

La durée peut s’étendre sur quelques heures ou beaucoup moins, dans ce cas. Cette variation est aussi constatée en fonction de plusieurs facteurs mentionnés plus haut.

Votre méthode d’ingestion définit ainsi l’efficacité du CBD dans votre organisme, mais aussi le temps nécessaire pour son élimination.