loader image
37-effet-modere

Comment le CBD modère les effets du THC

Des chercheurs de la Western University, au Canada, ont découvert les mécanismes moléculaires exacts qui permettent au CBD de bloquer certains des effets secondaires psychiatriques négatifs associés à des taux élevés de THC dans le cannabis.

Leur étude, dont les résultats ont récemment été publiés dans le Journal of Neuroscience, a révélé que la kinase régulée par le signal extracellulaire (ERK), une molécule présente dans l’hippocampe du cerveau, joue un rôle essentiel dans le déclenchement des effets secondaires psychiatriques associés au THC.

Les chercheurs disent que l’action de cette molécule suggère un mécanisme potentiel par lequel le CBD pourrait agir pour contrecarrer les effets négatifs du THC.

D’après des recherches antérieures, le CBD protégeait déjà le cerveau contre les effets plus sévères du THC – tels que la psychose, la paranoïa et l’anxiété.
Mais jusqu’à présent, les mécanismes physiologiques exacts derrière cette protection étaient en grande partie inconnus.

Le CBD semble réduire les comportements anxieux lorsqu’il est associé au THC

L’étude a utilisé des rats comme modèle animal pour étudier le rôle de la voie ERK dans le déclenchement des effets neuropsychiatriques associés à des niveaux élevés de THC.

Les chercheurs ont observé que les rats ayant reçu des doses de THC avaient des taux plus élevés de ERK activée.
Ils manifestaient plus de comportements anxieux que la population témoin, à laquelle aucune quantité de cannabinoïde n’avait été administrée.

Les rats ayant reçu du THC étaient également plus sensibles à l’apprentissage basé sur la peur que les témoins.

En revanche, les rats ayant reçu à la fois du THC et du CBD ressemblaient beaucoup plus au groupe témoin.
Ils présentaient des taux normaux de ERK activée, avaient un comportement anxieux et étaient moins sensibles à l’apprentissage basé sur la peur que ceux recevant uniquement du THC.

D’après leurs observations, l’équipe de recherche estime que le CBD peut empêcher fonctionnellement le THC de sur-stimuler la voie ERK dans l’hippocampe,
ce qui empêche ensuite le composé d’induire ses effets secondaires psychiatriques négatifs.

Le rôle de la CDB dans cette interaction

Fait intéressant, les chercheurs ont également conclu que l’administration de CBD à elle seule ne semblait pas avoir d’effet significatif sur la voie ERK.

Le groupe de recherche indique qu’il a l’intention de réaliser d’autres études à l’avenir.
Il espère que ces futures recherchent permettront de caractériser pleinement les caractéristiques spécifiques de ce mécanisme moléculaire.

En fin de compte, les chercheurs cherchent à examiner les moyens possibles de formuler des solutions de THC entraînant moins d’effets secondaires
problématiques et d’améliorer l’efficacité des thérapies dérivées du CBD.

Une mise en garde importante à garder à l’esprit est que cette étude a été menée sur des rats et non sur des humains.

Bien que ce modèle animal ait produit des résultats qui sembleraient conforter la théorie selon laquelle le CBD peut aider à traiter des affections telles que l’anxiété – en particulier les troubles anxieux causés par l’utilisation chronique de cannabis à haute teneur en THC – la recherche en est encore à ses débuts.

Des recherches supplémentaires sur les participants humains à l’étude sont nécessaires afin d’évaluer correctement les effets du CBD sur les complications psychiatriques liées au THC.