24-depistage-cbd

Le décarboxylation du chanvre

Saviez-vous que la décarboxylation était une étape essentielle, notamment dans la création de nombreux produits CBD ? C’est d’ailleurs une étape dont vous avez déjà peut-être entendue parler. Ce procédé est une réaction chimique indispensable à l’assimilation des cannabinoïdes du chanvre par notre organisme. Si elle se produit naturellement lorsque nous fumons ou vapotons des fleurs séchées, elle doit être induite dans le cas de la création de nombreux autres produits CBD, comme c’est le cas pour les produits d’extraction. L’équipe Kilogrammes vous explique ce merveilleux procédé qu’est la décarboxylation du cannabis.

Carboxylation et décarboxylation

On dit souvent que le CBD est une molécule naturellement présente dans le chanvre. En réalité, les cannabinoïdes sont d’abord présents sous une forme acide, leur structure moléculaire est donc un peu différente, ce qui fait qu’elles sont absorbées de manière différente également.

En effet, lors de la photosynthèse du cannabis, la plante absorbe du CO² qui se combine à de l’hydrogène (O²) et crée ces acides dits carboxyliques. On parle alors de carboxylation dans ce cas précis. Le cannabidiol (CBD) est donc présent sous forme d’acide cannabidiolique (CBDA) mais il n’est pas le seul à ne pas avoir sa forme définitive directement. En effet, c’est aussi le cas de tous les autres cannabinoïdes qui composent le plant de CBD. Par exemple, le THC, appelé aussi tétrahydrocannabinol, est tout d’abord présent sous sa forme acide THCA ou de son nom complet l’acide tétrahydrocannabinol, et ne deviendra du THC qu’après une décarboxylation des fleurs de chanvre CBD. On dit que le CBDA est le précurseur du CBD car c’est en effet à partir de cet acide que le CBD verra le jour, grâce au procédé que nous vous parlions juste avant qu’est la décarboxylation.

Comment fonctionne la décarboxylation ?

De plus, il faut savoir que le procédé de décarboxylation est un processus chimique qui se produit uniquement sous l’effet de la chaleur. En effet, c’est durant cette transformation, qu’un groupe carboxyle COOH est éliminé de la molécule de CBDA (et c’est aussi le cas pour les autres acides cannabinoïdes) et il se trouve donc dégagé sous forme de dioxyde de carbone (CO²) ou d’eau (H²0). D’ailleurs, sans l’action de ce groupe de carboxyles, le CBDA ne peut devenir le célèbre CBD tant recherché.

La décarboxylation peut se produire partiellement, de manière naturelle par exemple lorsque le chanvre est séché au soleil. C’est une réaction qui demande aussi du temps car du chanvre frais conservé longtemps pourra subir une décarboxylation en séchant mais cette décarboxylation naturelle sera peu efficace, par rapport à ce qu’on peut obtenir en effectuant une décarboxylation « artificielle ».

Pourquoi la décarboxylation du chanvre est-elle si importante ?

Si nous nous concentrons sur cette réaction chimique aujourd’hui, c’est que la décarboxylation est primordiale pour pouvoir profiter des effets bénéfiques du CBD à son taux maximum. En effet, notre organisme, et c’est également le cas pour tous les mammifères, n’assimile pas très bien la forme acide des cannabinoïdes, et se verra même carrément inutilisé. C’est le cas par exemple si vous mâchez du chanvre cru, vous aurez la surprise de ne ressentir aucun effet.

Pour pouvoir entrer dans notre corps et interagir efficacement avec notre système endocannabinoïde, le cannabidiol, doit se trouver sous sa forme finale décarboxylée, c’est-à-dire sous forme de CBD et non de CBDA. Mais c’est aussi le cas des autres cannabinoïdes d’ailleurs, c’est pour cela que le THCA n’apportera aucun effet psychotrope s’il n’est pas sous sa forme décarboxylée, soit le THC.

Dans quel cas dois-je moi-même décarboxyler le chanvre ?

Lors de la combustion des fleurs de CBD séchées, la température est assez élevée pour induire une décarboxylation instantanée, que l’on va appeler « décarboxylation artificielle » pour ne pas la confondre avec celle dite « naturelle ». Ainsi, fumer un joint, dabber ou encore vapoter ne nécessite aucune étape préalable pour pouvoir profiter pleinement des bienfaits du CBD, car la décarboxylation se fait directement avec ce type de consommation car il y a combustion.

Par contre, les huiles ou autres extractions, comme le distillate ou encore des isolates, doivent absolument subir une décarboxylation active, appelée aussi « décarboxylation artificielle ». Si vous consommez des produits issus de l’industrie, vous ne devriez avoir aucun problème. En effet, la décarboxylation fait déjà partie des étapes de synthèse de ces produits. Par contre, si vous souhaitez réaliser une infusion d’herbes, créer votre propre beurre de CBD ou utiliser des fleurs séchées en préparations culinaires, alors nous vous conseillons très fortement d’effectuer cette étape vous-même, sinon vos plats ne vous procureront aucun effet !

Comment procéder à une décarboxylation soi-même ?

Comme on l’a vu, il vous faut chauffer les fleurs de chanvre pendant un bon moment, et à une certaine température, afin que le procédé s’effectue. Chaque cannabinoïde possède une température optimale de décarboxylation, mais le cas présent, celui qui nous intéresse est le CBD. On estime qu’il faut chauffer entre 140° C et 180° C pendant une trentaine de minutes pour que la décarboxylation se produise.

Cependant, il faut prendre en compte un autre phénomène ! Les terpènes, molécules aromatiques qui donnent toute la puissance gustative aux différentes variétés de chanvre, s’évapore au dessus de 150° C. Il faut donc préférer chauffer plus longtemps et à une température plus faible pour préserver tous les arômes de vos préparations, et profiter tout de même d’effets plus puissants.

Quelles méthodes utiliser pour la décarboxylation de CBD ?

Il existe une multitude de méthodes dites « maison » pour décarboxyler le CBD. La plus simple et la plus répandue est de procéder à une chauffe au four. Kilogrammes vous livre comment faire une décarboxylation DIY :

  • faites préchauffer votre four à 140° C;
  • émiettez vos fleurs sur une plaque de cuisson. Il est inutile de les couper, il faut juste que la surface des trichomes soient bien exposée à la chaleur;
  • chauffez ensuite le tout pendant 30 minutes.

À la sortie du four, le chanvre doit avoir une couleur brune, dorée, et une texture friable

Si vous utilisez les fleurs CBD telles quelles, il n’y a aucune étape supplémentaire. En revanche, si vous souhaitez pratiquer une extraction (par exemple pour réaliser une tisane), n’oubliez pas qu’il vous faudra ajouter une matière grasse afin d’extraire au mieux le CBD.

Conclusion

Comprendre la décarboxylation, c’est mieux comprendre comment fonctionne le chanvre, et donc saisir l’action de cette plante extraordinaire qu’est le cannabis. Vous l’aurez compris, pas la peine de se boucher le nez au milieu d’un champ de cannabis, la plante seule ne produit aucun effet, même si vous décidiez de la manger crue ! Vous avez aussi maintenant une piste à investiguer si vous consommez un produit CBD qui ne vous fait aucun effet: peut-être cette étape essentielle a-t-elle été négligée?

Sachez que chez Kilogrammes, nos fleurs CBD n’ont subi qu’une décarboxylation naturelle, et qu’il vous faudra procéder à une décarboxylation artificielle si vous souhaitez les consommer en tant que comestibles. N’oubliez pas qu’en infusion, il vous faudra ajouter une matière grasse, comme du lait entier ou bien un peu d’huile végétale, afin d’être sûr(e) de la biodisponibilité du CBD.

Maintenant que la décarboxylation n’a plus de secret pour vous, vous pouvez dorénavant profiter au mieux des puissants effets de nos fleurs CBD !