CBG

Qu’est-ce que le CBG ?

Table des matières

Vous n’êtes pas sans savoir que le cannabis contient un grand nombre de molécules (environ 100) de toutes sortes. Les plus célèbres sont le Tétrahydrocannabinol (THC) et le Cannabidiol (CBD).

Mais il en existe bien plus que ça ! Et toutes ont leur petit intérêt dans la plante, que ce soit pour lui permettre de poursuivre sa croissance dans les meilleures conditions possible, ou bien tout simplement pour la protéger. Mais ces molécules peuvent également procurer aux consommateurs de nombreux effets.

Et aujourd’hui, on va étudier l’une d’entre elle : le Cannabigérol ou autrement appelée CBG.

Le CBG, c’est quoi ?

Le chanvre est constitué de plusieurs composants, et notamment des cannabinoïdes. Les cannabinoïdes forment un groupe de substances chimiques, qui permettent d’activer les récepteurs cannabinoïdes contenus dans le système endocannabinoïde, qui est présents chez tous les mammifères, dont l’être humain fait partie.

Et parmi ces cannabinoïdes, il existe plusieurs « branches » de ce type de molécules. Au sommet de cette branche, on a l’acide cannabigérolique (CBDA) qui est le précurseur des trois autres branches principales de cannabinoïdes, à savoir le THC, le CBD et le CBG. Il est aussi le premier phytocannabinoïde généré par la plante de cannabis. C’est à partir du CBDA que les autres phytocannabinoïdes seront synthétisés.

Alors on connaît tous les effets que procurent le CBD et le THC, à savoir pour le premier un effet relaxant et apaisant, et qui est connu pour son action sur la douleur principalement. Quant au second, il est considéré comme un stupéfiant dans de nombreux pays du fait des effets psychotropes qu’il procure aux consommateurs, et est donc considéré pour la plupart des pays comme illégal.

Mais quand est-il pour le CBG ?

cannabinoïde

Les actions des cannabinoïdes sur le corps

Kilogrammes vous explique en quoi le CBG pourrait être intéressant à consommer et les effets qu’il procure sur le corps et le mental.

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut avant tout comprendre comme les cannabinoïdes agissent de façon plus globale.

En consommant du cannabis, vous ingérez ses molécules, qui une fois absorbées, vont « imiter » les composés fabriqués naturellement par votre corps, et ce, par le biais du système endocannabinoïde qui s’étend dans tout votre corps.

Les récepteurs contenus dans le système endocannabinoïde, appelés CB1 et CB2, jouent un rôle primordial dans la régulation d’un certain nombre de processus organiques et hormonaux. En effet, il permette de réguler votre métabolisme,  vos humeurs, votre appétit, mais aussi vos réponses à la douleur et aux processus inflammatoires.

Ainsi, lorsque ces cannabinoïdes entre en contact avec les récepteurs CB1 et CB2, ils vont induire une réponse spécifique qui, elle-même, produira par la suite des changements physiologiques.

Et c’est grâce à cette interaction avec les récepteurs CB1 et CB2 que l’on a pu constater les bénéfices thérapeutiques que peuvent apporter les cannabinoïdes. 

Dans certains pays, leur utilisation est légale et ils sont alors utilisés pour traiter les symptômes douloureux dans le cas de certaines pathologies comme la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, l’épilepsie, la fibromyalgie, l’ arthrose pour ne citer que les principales. 

Mais ils peuvent également aider à améliorer certains états psychologiques, comme dans le cas d’anxiété, de dépression, de troubles du sommeil, de réduction de l’appétit, etc.

Les bénéfices qu’apportent les cannabinoïdes sont nombreux, mais il faut savoir que certaines molécules, comme le THC sont illégales dans un grand nombre de pays, et qu’il est donc préférable d’opter pour celles qui ne le sont pas, comme le CBD par exemple.

Revenons-en à notre CBG. On sait qu’il agit exactement de la même manière sur l’organisme que le CBD ou le THC. En effet, ce dernier entre en contact avec les récepteurs du système endocannabinoïde et provoque alors une réponse spécifique. Ses effets seraient donc similaires aux autres cannabinoïdes.

cannabigérol

Quels sont les effets du CBG sur le corps ?

L’équipe Kilogrammes vous résume les principaux bénéfices que le CBG semble avoir sur l’organisme :

Un effet neuroprotecteur

Une étude de 2015 publiée dans le Journal of the American Society for Experimental NeuroTherapeutics a été mené sur des souris, auxquelles les chercheurs ont inoculé la maladie de Huntington, qui est une maladie neurodégénérative qui a des conséquences négatives sur les fonctions motrices, cognitives et comportementales. Ceci afin d’analyser l’action qu’aurait le cannabigérol sur le comportement des souris malades.  Le résultat montre que le CBG soulagerait différents symptômes relatifs à cette pathologie, mais sans vraiment comprendre réellement son action.

Action contre l’inflammation

Une étude datée de 2013 s’est intéressée à l’action que pourrait avoir le cannabigérol chez les patients atteints du syndrome de l’intestin irritable et comment il pourrait les soulager. L’expérience a encore été menée sur des souris,  auxquelles on a induit cette fois-ci des troubles intestinaux inflammatoires. Les chercheurs ont alors constaté que les colites dont souffraient les souris avaient tendance à s’atténuer par la prise de CBG.

Combattre des agents pathogènes

C’est une étude qui date de 2015 aurait remarqué que l’action du CBG sur les bactéries résistantes aux médicaments, notamment le Staphylocoque doré serait très efficace pour les combattre, voire encore plus efficace que les antibiotiques.

Vous l’aurez compris, le CBG est une molécule très intéressante, et ce, à plusieurs niveaux. Mais vaut-il mieux consommer du CBG ou du CBD alors ?

CBG VS CBD ?

Le CBG, comme le CBD possède de nombreuses vertus santé, qui pourraient aider à améliorer l’état de certains patients.

Malheureusement, le cannabigérol est une molécule rare, dont on retrouve peu de trace dans le cannabis. En effet, dans la plupart des variétés de cannabis, le CBGA qui est la molécule « mère » est immédiatement transformé en THC et en CBD, laissant peu de place au CBG, avec un pourcentage souvent inférieur à 1 %.

Du coup, pour avoir une dose de CBG assez conséquente, il faut alors extraire des quantités bien plus importantes de biomasse, et ce, afin d’isoler de petites quantités de CBG. Le souci de ce type de manipulation, c’est que cela rend le coût du produit plu important, du fait de sa rareté et de sa manipulation particulière.

Cependant, il n’est pas impossible de créer des variétés de fleur CBG, qui auraient donc un plus fort taux de cannabigérol, mais cela demande un certain savoir faire, qui est encore malheureusement minime. Mais le CBG est en bonne voie pour devenir une molécule aussi célèbre et utile que le CBD.

Conclusion

Bien que les effets du cannabigérol ont l’air tout à fait prometteurs, ils n’en restent pas moins qu’il n’a subi des tests et des évaluations uniquement sur des cobayes animaux. Il faudra alors attendre un peu plus pour comprendre le réel impact que le CBG peut avoir sur l’organisme.

L’équipe Kilogrammes espère que l’article vous a plu. Vous en savez maintenant un peu plus sur les cannabinoïdes qui composent le chanvre, bien que l’on n’ait pas encore vu toutes les molécules qui le compose.

Dans tous les cas, on se laisse ici, on se retrouve vendredi prochain, afin de poursuivre notre enquête sur la légalisation du cannabis dans le monde.

Bonne journée !

100